L’éco-conception des cours à l’Université

Dans un monde où nous ne cessons de renouveler nos périphériques de plus en plus rapidement, il est important de penser nos cours universitaires de manière à ce qu’ils embrassent une approche plus durable. L’éco-conception des cours, inspirée par les propos de Frédéric Bordage, fondateur du collectif Green IT, dans le podcast « Le numérique est-il l’allié ou l’ennemi du climat ? » de Chaleur Humaine, vise à valoriser le matériel existant et à minimiser notre impact écologique.

Ce concept repose sur une philosophie simple : tant qu’une machine est fonctionnelle, elle ne devrait pas être considérée comme obsolète. Le sentiment que nos équipements deviennent rapidement désuets est souvent alimenté par une utilisation croissante de ressources et un manque de rétrocompatibilité. Imaginez des cours conçus pour fonctionner efficacement sur des ordinateurs plus anciens, sans nécessiter des mises à jour matérielles constantes. Cela permettrait à chaque étudiant, quel que soit son matériel, de participer pleinement à son éducation sans pression supplémentaire.

Adopter l’éco-conception, c’est aussi reconnaître que chaque nouvel appareil produit une empreinte carbone importante, de sa fabrication à sa fin de vie. En utilisant ce que nous avons déjà plus longtemps, nous réduisons notre impact environnemental et promouvons une utilisation plus responsable des ressources.

Ainsi, l’éco-conception des cours n’est pas seulement une approche pédagogique, mais un engagement envers un futur plus durable. C’est une manière de faire plus avec moins, en honorant la fonctionnalité plutôt que la nouveauté. Dans ce retour à l’essentiel, nous trouvons une éducation plus inclusive, plus juste, et fondamentalement plus humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À PROPOS

Doctorant à l’IMSIC et attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’UFR Ingémédia (Université de Toulon), mes recherches portent sur la science ouverte et plus précisément les pratiques d’archivage.

Je me passionne également pour la nature et j’élève plusieurs espèces détritivores.

Quitter la version mobile